Un voyage intérieur


19/09/10 Retour en France via Munich

La fête de la bière est l'évènement le plus populaire d'Europe avec quelque 6 millions de visiteurs et autant de litres déverser dans leurs gosiers.

17/09/10 Création de l'album de l'Allemagne

Leipzig (Allemagne) - Trop heureux pour créer quelque chose d'inspiré, l'Allemagne de l'est m'apporte autant de bonheur que les cathédrales qui ont su rester dressées avec majesté mal grès les bombardements alliés. Le voyage comme une continuité avec pour objectif de rester créatif, émerveillé par le génie architecturale germanique que j'avais réduit dans mes préjugés aux lignes rigides du style gothique, on retrouve un peu de fraicheur dans les formes mal grès le coté perfectionniste du caractère allemand, les anciens symboles communistes tombent en ruines mais l'oeil aiguisé peut encore en apercevoir les restes, des supermarchés ont poussé dans des locaux qui ont été le siège de la gloire du régime, deux époques se côtoie à Leipzig sans aucune transition, un passage brutal pour les allemands qui ont aussi été les victimes de leurs histoires.

12/09/10 Création de l'album de la République Tchèque

Prague (république tchèque) - Pendant que nos tours tombent dans un fracas qui est pour bientôt car la finance mondiale a tellement d'appétit qu'elle va finir par se bouffer de l'intérieur, l'est de l'occident vit encore hors du désenchantement, on écoute la musique des années 90 dans les rues de ce pays qui ne connait le capitalisme que depuis 20 ans, le clochard n'est pas une espèce rare mais un phénomène récent, les anciens bâtiments aux âmes bohèmes et aux détails charmants s'offrent une cure de jouvence grâce à des chantiers par millier.
Les casinos et les sex shops ont fleurit à chaque coin de rue, le capitalisme dans sa version la plus crue car l'espèce humaine ne sait pas trouver de juste mesure entre les leçons de son histoire et sa dérive inverse.

09/09/10 Départ pour la république Tchèque

France - Une quarantaine pour me réimbiber des microbes de mon pays, je remet le costume de la personne que j'ai été avant de voyager car on joue le rôle qui colle à l'image que les autres ont photographié de nous.
Je regoûte à l'Occident et au faux sentiments de liberté, à consommer sans savoir pourquoi, le pouvoir mental du pouvoir d'achat, prisonnier de nos égos et de la publicité qui nous dit à quoi ressembler, la démocratie où les médias nous disent quoi penser et le bonheur qui remplit nos supermarchés.

Suite: archives d'Août