Un voyage intérieur

31/01/07 Nouveautes dans la rubrique Contact

31/01/07 Dernier jour a Auroville

28/01/07 Le coup de la panne

Depuis qu'un ami m'a confie sa monture, une mobylette nomme "Red dragon", jusqu'ici je ne craignais plus personne.
Assis sur la plage a comtempler les vagues qui carressent ou gifflent, apres un bain d'une heure, il n'y avait pas de jour meilleur.
Une demoiselle s'approche de nous, explique la perte de sa montre et prend le temps de nous demander l'heure, confus car personne n'a l'outil pour lui repondre, nous nous oublions quelques instants a converser sur l'Eternel, la discution durera jusqu'au soleil couchant.
Nous partageons tous ensemble le repas avant de repartir, le retour s'explique par ce passage sans calembour:
Un ami s'arrete car il n'arrive plus a changer de vitesse, il cale, impossible de redemarrer, la demoiselle cherchant a nous eclairer se tord la cheville dans l'obscurite, nous fesons un detour pour demander une mobylette de secour, dont le pneu explose avant d'arriver au point ou nous avions laisse l'autre engin, voyant les dieux s'acharner mon ami rentre avec ses pieds, j'ai pour mission de la raccompagner car elle n'arrive plus a marcher, sur le trajet, l'histoire se repete et mon pneu pete, nous voila au millieu d'un lieu nomme "nul part" et surgie comme un eclair un mecanicien qui s'empare de l'affaire, me laissant fige a reflechir comment ramener la fille au pied fragile, une voiture s'arrete, tout le monde est fatigue, comprenant l'embarras, pour 5 fois le prix de la course, le chauffeur nous embarqua.

25/01/07 Mise a jour de l'album du Tamil Nadu 

La plupart des dernieres photos ont des couleurs d'occident, Auroville cumule le mouvement d'une nouvelle societe et une delicieuse paresse.

23/01/07 Le sens du temps

La fete du village d'Auroville, samedi soir, a ete l'occasion d'apprecier la reunion de plusieurs generations autour de dances et de musiques heteroclytes, avec des adolescents qui se servent de l'alcool et de la drogue douce en douce et des parents nostalgiques d'une jeunesse perdue.
Il n'y a que le changement qui soit immuable, des amis partent, d'autres restent ou arrivent, et humainement je m'attache a ces personnes qui ont fait les complicites d'un quotidien.

20/01/07 Maillon libre

La vie en communaute est une experience qui boulverse mes habitudes individualiste, il est tres difficile de s'expatrier d'une culture de l'egoisme.
J'ai vite categorise Auroville comme un refuge d'ancien 68tard, avant de prendre conscience de l'unite sacree et de l'incroyable diversite des personnes qui composent cette micro societe, bien sur il y a de nombreuses critiques a formuler, mais ces defauts sont des composants de l'esprit humain, qui habitent tout les systemes economiques, tout les etats et toutes les societes.
Il est toujours plus facile de remettre en cause un monde exterieur, plutot que d'essayer de comprendre que l'on est souvent la racine des maux qui nous entourent.
Et enfin, je revis des instant de liberte que j'avais oublier, en louant des mobylettes avec des amis, pour 1,5 Euros par jour, il est possible de perdre le temps d'aller a la plage jusqu'a devenir plus rouge que le sable et de foncer sur une route defonce jusqu'a ce que ce reve soit a cour d'essence.

18/01/07 Mise a jour des photos du Tamil Nadu

18/01/07 Legere mise a jour dans l'album d'Alsace

Un travail interieur n'a pas vocation a changer brutalement la personnalite de la personne.
Le premier pas est de se connaitre, de se comprendre et d'accepter les joies et les difficultes de sa propre vie.
Pourquoi ai-je besoin d'aller en Inde pour ouvrir les yeux sur ce monde ? parce que je vie encore dans l'illusion de mes privilleges.

15/01/07 Association ''Rien ke Pour Vous'' dans la rubrique liens

15/01/07 Heureux à Auroville

Auroville est un laboratoire mondial de la vie communautaire, reconnu par l'Unesco, fondé  par un maitre indien, Aurobindo, dans les années 70, où 1 800 personnes de 40 nationalités cohabitent dans une harmonie troublante.
Bizarement, ici, la vie communautaire fonctionne et dépasse la logique moderne de l'individualisme expodentiel, un mode de vie simple et détendu mais propre et plutôt bien organisé.
Ingénieurs et agriculteurs construisent ensemble une utopie, qui impresionne d'efficacité.
Un lieu paradisiaque, la mer à quelques mètres où les vagues aiment se fracasser contre les rochers et le ciel à la robe bleue claire se deshabille pour  enfiler une peau orange de soirée pour un dernier salut avant d'aller se coucher.

13/01/07 Parfum de France

Malgré les 8 100 kms qui me separent de ma terre natale, je retrouve une partie de ma patrie dans une enclave nommée Pondicherry.
Pondicherry est le seul endroit du sous continent indien avoir été marqué par la présence française. Cette ville fut le siège du Comptoir Français en Inde et une escale pour nos navires en partance vers nos anciennes colonies d'Indochine.
Nous sommes supris par l'architecture des bâtiments de bord de plage qui plagie une ambiance que l'on retrouve au Sud de la France, avec des noms de rues à la française et des policiers indiens qui ressemblent à nos gendarmes.
Cette transmission de l'héritage d'une nation est une très bonne transition avant une plus profonde immersion, malgré cette douce mixité je réalise que c'est un heureux retour dans ce pays que j'appelle "amour".
Des couleurs sur les vêtements, le soleil dans les regards et un sourire au coin des lèvres, les cultures et les saveurs de l'Inde sont comme un alcool qui se distille dans mes veines, l'adiction est profonde au point que je n'arrive plus à concevoir de vivre sans ce minimum de lumière.

11/01/07 Retour en Inde, retour à Madras

Archives de Decembre cliquez ici