Un voyage intérieur

30/07/07 L'ocean des emotions

Ce matin, j'ai recu un DVD du film SAMSARA par la poste accompagne d'un mot "ca fait longtemps que je souhaitais t'offrir ce film, peut etre arrive-t'il au bon moment...". Meme en France, les coincidences semblent s'amuser de moi.

20/07/07 Retour en France

19/07/07 Plateau tele

Alors que nous visitions les locaux d'AVM production, les plus grands studios cinematographiques de Madras, au hasard de la visite, alors que nous cherchions a entrer dans une des salles d'enregistrement, se manifeste comme par apparition un ami indien, quelqu'un avec qui je partageais un dortoir a Auroville (1terre, Janvier et Fevrier 2007).
A cette epoque les scenaris qu'il imaginait pour le cinema indien me faisaient rire, maintenant je le prends un peu plus au serieux. Aujourd'hui il est l'assistant du directeur d'un programme télévisé qui passe sur une chaine Tamoul. Une emission ou plusieurs couples s'affrontent, le but est de prouver que l'on connait sa femme ou son mari (le concept est similaire à l'emission "les zamours" sur France 2).
Mon ami se propose de nous faire decouvrir l'envers du décor se son emission, ensuite nous quittons les plateaux de television, autour de quelques bieres nous discutons des circonstances et des coincidences qui font que nous nous retrouvons.
L'Inde m'a manqué : cette joyeuse desorganisation et les rencontres dignes de scenaris de Bollywood, parfois je reve de revenir à cette incertitude au point d'être incapable d'affirmer ce que je ferais demain.

17/07/07 Mise a jour de l'album du Tamil Nadu

Retour au Royal Meridien (1terre 23/12/06) en compagnie d'une amie, encore une coincidence malice de la providence, un tournage a lieu dans l'hotel, rencontre avec une actrice indo-srilankaise (Puja), ces evenements sont comme si Bollywood s'invitait là ou je n'attendais pas ce cinema.

16/07/07 Depart pour Madras (India)

14/07/07 Prendre a la lettre

Apres avoir commencé à m'avouer et s'excuser, le moine change de strategie et affirme qu'il n'est pas responsable de l'ouverture de mon courrier.
La mise en scene est alle jusqu'a convoquer les jeunes moines devant moi pour les sermoner des betises qu'ils auraient faites, heureusement les enfants ne savent pas (bien) mentir, sur leurs visages, je ne voyais pas un gramme de culpabilite, en contraste avec le poids du remord qu'ils ont lorsqu'ils font un petit ecart a la rigueur monastique.
Cette comedie s'est suivi d'un 1terreminable argumentaire qui s'est conclu par "Pourquoi tu ne me crois pas? Je suis un moine bouddhiste", au moment de cette phrase, le venerable devenait aussi clair qu' un livre ouvert, il ne faisait que reconduire et reproduire ce qu'il avait subit.
J'avais la vision de son maitre, que j'avais rencontre par le passe, un vieux moine austere et fidele a l'institutionnel.
Et quand j'annonce "je reviendrais... mais seulement pour te rendre visite" des larmes tranchantes ont glisse le long de ses joues, chaque goute etait un poison qui venait inonder mon coeur.
Cette homme à la robe couleur safran souffrait de la situation qu'il avait cree, je me sentais lourd d'avoir ouvert ces plaies communes.
D'un anglais hesitant, le jeune moine que j'avais surpris devant le site porno (1terre 22/05/07), m'a avoué "je vais t'oublier" avant de rectifier "je ne vais jamais t'oublier"
Je n'ai pas pour habitudes de revenir sur une decision, sauf si le destin m'y contrain, je quitte ce monastere demain.
Je sais, a peu pres, ou je vais, pas tres loin.

13/07/07 Proche du depart

Cette porte que j'ouvre tout les jours, les charnieres qui grincent un passage,
L'usure du mur sur lequel est dessiné l'ombre de mon dos des temps de méditation,
Et le sol abimé par les frottements de cette chaise ou je suis assis si souvent,
Ces empreintes sont dans mon ésprit. Des habitudes, des conditionnements récent, des gestes que je répete depuis peu sans savoir pourquoi. Je ne suis pas venu ici pour m'endormir et jouir de l'ivresse de la paresse.
Apres 3 mois passés dans ce monastere, je sent qu'il est l'heure de partir.
Les jeunes moines vont me manquer, leurs devotions et leurs patiences restent, a mes yeux, exemplaires. J'ai mal de leur annoncer mon depart.
Le vénérable m'a demandé pardon pour ses indiscrétions et ma promis que mon courrier serait respecté a l'avenir, je tiendrais sa promesse.
En realité, les circonstances et l'environement ne sont la que pour masquer une trame dont je n'ai pas prise.
Je sais déja que la prochaine etape de ce chemin sera plus intense et plus profonde, que je ne pourrais me refugier dans le confort de l'immobilité.
Le voyage interieur est un mouvement perpetuel, auquel j'ai souscrit à perpétuité.

11/07/07 Big brother

"Si tu pars, j'en serais triste, car je te considere comme mon frere" voici ce qui m'a été dit par le moine, mon ami, lorsque j'ai evoqué un eventuel depart du monastere.
Depuis, j'ai appris qu'avant "mister", il y avait "maitri", un autre frere francais qui m'a précédé, qui serait parti en fugitif furtif, dont on m'a caché l'histoire et la raison de son depart.
J'ai decouvert que mon courrier est régulierement verifié, que mes secrets ont été sacrifiés.
L'éspionnage est-il l'apanage des sages ou la panacée dont j'ai assez?
Je ne suis pas un chien d'appartement, appartenant a une race docille que l'on garde a domicile, doucement je délaisse ma laisse, dans une prochaine pleine lune, le loup changera d'eglise.

09/07/07 Le bonheur est ailleur

La scene obscene se passe dans une ambassade de l'occident,
Dans un temple de la consommation, assome par les sommations des promotions,
Sur l'autel d'un caddy, dans un supermarche de Kandy,
Il y a cette femme sur la seule affiche d'un mur en friche,
Qui endoctrine avec sa poitrine, elle vend des etranges stages a l'etranger,
Le baiser d'un cour de langues, pour parler un parfait anglais,
Beaucoup revent d'une carriere par dela la frontiere,
Je suis le seul d'un clan au teint blanc, comme une complicite avec la publicite,
L'autre me dit: chez toi on gagne gros a faire le pari de venir a Paris,
Et lui repond: perserveres, mais si tu perds, tu repars, tu es a la merci d'un remerciement,
C'est la loi capitale, de se donner la peine, la condamnation a l'interet d'une nation.

07/07/07 Parfum de jardin

Il n'est d'autre futur que la nature,
Lotus ne pousse pas dans un vase mais dans la vase,
La boue, les Bouquets de pensees,
Ces herbes qui depassent le verbe, suit le fil chlorophylle,
Comme si tu voulais fouller un pavé de pavot,
Improvise une fleur couleur rose en prose,
Et de vert de l'envers du vers,
Le total des petales fane le profane,
Puisse t-elle t'ensoleiller de son subtil pistil,

06/07/07 Parcourt par coeur

Depart de ma soeur et retour a une vie plus sedentaire jusqu'au prochain itineraire.
Le mouvement, c'est un processus subit dont je fait parti, personne n'a choisit d'etre ici,
Suivre le soleil, aller vers la lumiere pour y voir plus clair, car le monde bouge et n'attendra pas mon prochain pas,
Saisir la chance de l'instant sans remettre a demain ce que je n'ai pas fait hier.

05/07/07 Remise a jour de l'album Ceylan

Retour apres quelques jours dans la region montagneuse au centre du pays, nous avons visite les plantations de the, les charmantes stations climatiques au charactere Anglo-srilankais et l'ascension de l'adam's peack, le point culminant du Sri Lanka a 2 243 metres.

02/07/07 Mise a jour de l'album Ceylan

Nous avons loue une fourgonette pour une escurtion 1terre-intermonastere vers le nord et les anciennes cites de Anudhapura et Dambulla.
2 monastere, l'un de moines (3 moines et 2 hommes laics) et l'autre de nones (2 nones et 3 femmes laics), une charmante jeune femme s'assois a cote de moi lorsque le moine reagit par "assis toi a cote de ta soeur", il me confira plus tard "il n'y a pas de probleme a la mixite des enfants, mais vous etes a un age ou vous pouvez etre attire l'un par l'autre".
Incontestablement le monastere des femmes est mieux organise que celui des hommes, elles avaient prepare un merveilleux petit dejeuner, et nous ont d'avantage surpris pour le dejeuner, des curries de manioque, de lentille, de bananne, de noix de coco, de pasteque, des gateaux...
Au retour, des gents arretaient les voitures pour offrir une tasse de the ou des biscuits, une generosite incroyable en reponse a la fete de Puja qui avait lieu ce week end.

Suite : Archive de Juin