Un voyage intérieur

27/08/08 A la fin de chaque danse

Au Sri Lanka, le taux de divorce est l'un des plus bas du monde, ce qui donne encore plus de profondeur aux cicatrices d'une séparation. L'un de mes amis Sri Lankais a appris depuis peu que sa femme le trompe, il a décidé de la quitter pour rejoindre une tristesse qui ne le quitte plus depuis qu'il a réalisé sa solitude. Depuis un mois, nous prenons des cours de danse, une manière de l'aider à trouver une nouvelle partenaire le temps d'une musique qui s'arrête souvent trop tôt. L'exercice est de se laissé aller à un jeu de jambes qui s'entremêlent, sans résistance, certain y arrive avec prestance, pendant que je m'excuse à chaque pas d'être un cavalier maladroit. Après plusieurs tentatives brouillons, j'ai trouvé une partenaire au delà de l'ordinaire, chacune de ses postures étaient le reflet d'une perfection gestuelle et c'est elle qui a dirigé cette danse d'un rythme presque charnelle, la musique s'est évanouie dans l'air au moment où elle a lâché ma main, j'avais l'impression d'être revenu de loin, et pourtant je n'avais pas quitté la piste, étrangement à ce moment j'avais le sentiment que je ne la reverrais jamais, que cette instant resterait unique et que le destin ne m'offrira pas le temps d'être déçu quand la passion du début est passée.

23/08/08 La vie en barque

Le fleuve de ma vie coule au milieu des dérives de deux rives, entre cette occident aux accents de liberté mais manipulé par les égoïsmes de chacun, et cette orient qui joue en collectif mais qui ne change pas les règles du jeu du monde moderne.
Certain naissent avec une mission, d'autres choisissent la démission à notre devoir de comprendre où va notre espèce, je suis à mi chemin de croire que j'ai compris et si j'allais au bout du parcourt j'aurais l'arrogance de dire "je sais".
On cours après notre insatisfaction, de déception en nouvelle illusion, la comédie de nos vie se joue de la naissance à la mort, la fin de l'histoire s'écrit spontanément ou dans les derniers souffles de notre vieillesse.
J'hésite à disparaitre dans l'horizon ou à attendre que mon corps redevienne poussière, mais je pense qu'un jour la passion sera passée, que le voyage intérieur mènera à une sagesse invisible et que personne ne sera là pour constater que la terre a tourné.

19/08/08 Mise à jour de l'album photo du Sri Lanka

18/08/08 Mise à jour de la rubrique ActuCeylan

14/08/08 Manifestation de l'insatisfaction

Les mouvements sociaux se multiplient au Sri Lanka, entre les grèves, les revendications des étudiants et les partis politiques qui se déchirent en ces temps d'élections, personne ne semble se réjouir du fait qu'il n'y a pas eu d'attentats depuis quelque mois, à croire que la nature humaine est à jamais insatisfaite et que notre espèce va de conflit en conflit sans fêter la quiétude d'un instant.

09/08/08 A l'age du bizutage

Alors que la France est en vacance, c'est déjà la rentrée scolaire au Sri Lanka, le traditionnel bizutage où les nouveaux reçoivent le surnom qu'il garderont pendant tout le temps qu'ils seront étudiants, parfois le rituel tourne au sacrifice, il y a deux ans un bizut a été retrouvé étouffé dans un sac poubelle. Dans une civilisation où la cohésion du collectif passe avant les envies d'un individu, peu de loi protège du tout puissant syndicat d'étudiant, une bande de têtes brulés qui ne fait que reproduire les violences et les injures qu'ils ont subit à l'aurore de leurs première année.
Je marchais en direction de la piscine du campus, lorsque un jeune étudiant a courut vers moi, me suppliant de le protéger d'une bande qui était à sa poursuite, il m'explique brièvement qu'il va se faire bizuter, en voyant son visage tétanisé par la peur j'aurais eu mal de lui refuser mon aide.
Un groupe de 5 étudiant s'approche de nous et commence à insulter le bizut en Singhalais, je prétends être un professeur de l'université (le statut est bien mieux respecté qu'en occident) pour calmer le jeu et les ardeurs d'une bande aveuglé par leur devoir de terreur, pendant que je demandais des explications aux tortionnaires, le bizut a eu le temps et l'intelligence de s'échapper, mais j'ai peur que depuis il ai déjà recroisé la route de ses bourreaux et que mon intervention n'étais qu'un sursis.

06/08/08 Entre politique et religion

Nous sommes en période d'élection au Sri Lanka, alors que le gouvernement Sri Lankais semble avoir pris l'ascendant sur les rebelles séparatistes tamouls en bombardant leurs positions et en détruisant leurs aviation, des violences ont lieu dans les bureaux de vote, de jeunes militants du pouvoir en place détruisent les symboles de l'opposition et menace les électeurs. Les journalistes font régulièrement état de sabotage de leurs cameras et de menaces.
Certain moines ultra nationalistes ont créés un parti politique, qui soutient le parti majoritaire, un mélange malsaint entre religion et politique, qui ne conduit à rien de vertueux. On attend un miracle, on se limite à ces croyance, la religion est un escalier vers l'infini mais on reste souvent bloqué entre deux marches du monde matériel.

01/08/08 Retour au tapis

A peine les examens sont terminés, qu'il est déjà de nouvelles épreuves qui se profilent à l'horizon, trois lutteurs de notre équipe reviennent du championnat international en Grèce où ils ont battu l'équipe japonaise mais se sont fait éliminé par les colosses Ukrainiens. Bientôt, nous allons tous nous retrouver pour le championnat national Sri Lankais qui aura lieu dans le Sud du pays, notre équipe qui est championne en titre depuis l'an dernier devra à nouveau affronter huit équipes qui viendront des quatre coins de cette iles. J'ai hésité avant de leur confirmer ma présence, motivé par quelques états d'âme et une réflexion sur comment concilier esprit de compétition et engagements pacifistes, mais j'en viens toujours au même constat, Gandhi ou le Dalai lama n'avaient pas d'armée et la seul arme qu'ils avaient c'était de se battre sur le terrain de l'idéologie, qu'auraient t'ils fait s'ils avaient eu une option crédible pour se défendre au moment où ils ont été attaqué? La lutte est le plus vieux sport de l'humanité, fondement de l'esprit olympique, si je vais retourner sur le tapis ce n'est pas pour écraser mon adversaire mais pour dompter la bête en moi pendant le combat, j'irais affronter mes peurs, mes doutes et mon orgueil. Existe t'il meilleur ennemi que soi? De plus en orient la société est basé sur l'appartenance à un groupe alors qu'en occident nous vivons dans la bulle de l'individualité, je ne pouvais pas renier mon lien avec cette équipe et décevoir mes compagnons, le groupe est un chainon fait de l'ensemble de ses maillons.

La première journée d'entrainement en vue du championnat dans un mois a été marqué par un accident, un de nos lutteurs s'est fait déboité le coude, son avant bras était désarticulé et il n'avait plus de sensation dans ses doigts, aujourd'hui il est à l'hôpital en attente d'une opération, cette histoire est un rappel à quel point le corps humain est une machine fragile et l'importance d'une bonne préparation quelque soit nos actions.

Suite: Archives de Juillet