Un voyage intérieur

29/01/09 Arlequin roi de Serendib

Kandy (Sri Lanka) – Serendib (nom arabico-persan pour designer le Sri lanka), la legende de serendib veut que l'on trouve autre chose que ce que l'on est venu chercher sur cette ile.
Une serendibite c'est un instant ou les coincidences conspirent contre le sujet de sa propre histoire, tout un parcourt fait de rencontres et de detours, sans trouver de ligne droite pour ecrire la magie qui s'intercale pendant cette instant qui n'existe deja plus.
J'ai rencontre un ecrivain, qui a fait le meme parcourt que moi quand il avait mon age, il est revenu pour flirter avec ces souvenirs, trouver de l'inspiration pour ecrire et laisser une empreinte avant que le monde s'effondre, son roman ressemble a ce qu'il aurait aime que sa vie soit, un flotement entre le reel et son imagination qui deborde de reves, on a probablement rencontre les memes femmes pendant des explorations interieurs, des escales sentimentales, jusqu'a etre decu de ne jamais etre satisfait car c'est ainsi que l'humain est fait, et aujourd'hui il s'amuse de m'avoir precede dans tout se que j'ai experimente de ce voyage.
Et maintenant je suis dans ce cyber cafe a attendre mon train pour les montagnes, celui qui n'arrive qu'avec du retard, j'ai besoin de 2 ou 3 jours loin de tout, de quitter le chaos de Kandy pour le vide de la haut, plus pres des cieux pour mieux revenir sur terre.

26/01/09 Mise à jour de la rubrique ActuCeylan

On dirait bien que la guerre d'ici est en train de se terminer, le Sri Lanka pourra t'il respirer après presque 30 ans d'un conflit sans fin au confin du désintérêt de l'Occident? Le peuple mérite bien plus que la fierté d'un drapeau et pourtant on lui pétri le cerveau avec la patrie, on lui fixe des frontière pour mieux détester ses voisins, on court à l'armement pour se détruire à force de se défendre. L'humain est une bien curieuse espèce.

22/01/09 Les couleurs du monastère

Kandy (Sri Lanka) – On dirait que chaque maitre entend l'enseignement du Bouddha avec une oreille différente, tel une montagne que l'on arpente par diverses pentes.
Il y a ce monastère qui mélange la spiritualité et les bassesses de la politique pour avoir du gouvernement quelques largesses, il y a cette autre lieu où les moines d'ordinaire silencieux deviennent tapageurs dès que le maitre est partit, et il y a l'austère monastère celui où l'on applique les règles à la règle sans mesurer la raison de la discipline.
Au milieu de tout ça, il y a mon petit moi qui ne sait plus trop où il va, entre la rigueur de la pratique et la douceur des sens, sans direction comme la fin du chemin, des points cardinaux qui disparaissent où s'écartent de la carte, serait ce le but que de se défaire de ses repères? Pour l'instant, je savoure ce délicieux chaos comme l'apesanteur avant de toucher cette terre que j'espère derrière les frontières du monastère.

18/01/09 A travers bois

Kandy (Sri Lanka) - La guerre serait elle sur le point de se terminer? Les villes bastions des rebelles tombent les unes après les autres et le président a annoncé une victoire de l'armée pour cette année, la réalité est difficile a vérifier puisqu'aucun journaliste n'est autorisé à visiter le front. Les rebelles Tamoules promettent de se venger et menacent de perpétrer de nouveaux attentats. La sécurité s'est encore renforcé pour la venu du président dans les rues de Kandy et avec un soldat tout les 30 mètres, il n'est rien d'étonnant que la paranoïa s'installe dans les esprits des gents.
Nous étions encore une fois perdu dans la jungle assis a écouter les étoiles scintiller, lorsque deux villageois nous ont surpris, les traditions de la plupart des pays d'Orient veulent qu'un homme et une femme ne se retrouvent seul qu'après avoir scellé leur union par des liens sacrés, sans secret, sinon se créé une suspicion malsaine qui va jusqu'à déshonoré la femme qui auraient consommé le mariage avant l'heure, l'homme est toujours le moins coupable dans une société dominé par le mâle.
Nous nous sommes caché plus en profondeur dans cette foret qui entoure le village, a disparaître entre des arbres protecteurs, puis la lumière des torches et les aboiements des chiens qui flairaient notre piste nous a rappelé la fragilité de notre cachette, les villageois ont allumé un feu pour marquer leur présence mais nous n'avons pas bougé, silencieux et immobiles comme du marbre que l'on piétine, un vent fort a soufflé sur eux, un ordre divin leur demandant de rentrer, d'oublier se qu'ils avaient imaginé, jusqu'à ce que le feu s'éteigne.

15/01/09 Réouverture de l'album photo du Sri Lanka

Kandy (Sri Lanka) - Revenir au Sri Lanka après avoir parcourut le reste de l'Asie, c'est un peu comme redécouvrir ce qui m'a fasciné sur cette petite île, l'exotisme de tout ces marchands de fruit tropicaux dont les échoppes se juxtaposent en proposant tous les mêmes produits, les transports en commun qui sont un cauchemard tant les sièges sont rempli et le sourire dont les Sri Lankais abusent, celui qui décontracte chaque conversation, qui rapelle qu'il ne sert à rien se contaminé de nos soucies réspectifs.
C'est vrai qu'ici beaucoup me connaissent, une question de constraste, une popularité que je ne mérite que parce que je suis l'un des rares à avoir voulu rester ici, mais aussi la peur d'être traqué dans le moindre de mes faits et gestes tant il est évident de remarquer un grand blanc au milieu des gents de Ceylan.
Déjà, les moines savent que je suis de retour alors que je n'ai rien annoncé à personne, ils m'invitent à revenir au monastère mais après un mois d'immersion dans les meurs de l'occident la réadaptation risque d'être une épreuve de force entre mes habitudes, les mécanismes d'une société de loisir et de consommation, et le vide d'un face à face avec la solitude d'une chambre de monastère sans aucun moyen d'échapper au travail intérieur.

14/01/09 Départ prévu pour le Sri Lanka

13/01/09 Départ prévu pour Madras (Inde)

12/01/09 Little India

Singapour - S'il est un quartier où j'aime flâner loin des buildings qui dévorent le ciel du centre de Singapour, c'est à Little India, un endroit où tout le pays y est représenté dans une vitrine de ses saveurs et de ses odeurs, l'Inde en moins désorganisé, en moins bruyant, en moins brouillon, un compromis dont j'ai toujours rêvé. Le soir, à quelque rayon du couché de soleil, des centaines d'indiens s'y rassemble dans un charivari dont personne ne comprend le sens, il n'y a presque que des hommes qui se côtoient sur les petites parcelles de gazon de ce quartier, la femme est toujours un second plan dans la société indienne, et ils discutent jusqu'à la nuit, ne se laissant pas assez d'espace pour quitter ce rituel improvisé, j'aurais presque envi de comprendre de quoi ils parlent, juste animé par la curiosité d'un mécanisme qui a l'air de durer depuis que ce quartier existe.

09/01/09 Réouverture de l'album photo de Singapour

Meilleurs vœux pour une année de plus aux nombres de ceux qui comptent, neuve comme le 9, mais qui se répète comme tout à chaque cycles.
Le voyage reprend alors que l'évasion intérieur est un processus qui ne peut plus s'arrêter, un aller-retour pour trouver un contraste, une quête perpétuelle pour dépasser l'horizon que nous voyons aujourd'hui, un chemin de vie où la mort ne devrait plus être qu'une simple étape.
Dans les cieux, les dieux ont besoin des Hommes pour croire en eux, alors que le voyage est une religion où le divin est sur terre.

Singapour - Ce sas d'entrée entre l'Orient et l'Occident, un endroit où la modernité rassure même si notre monde est de plus en plus incertain, ici à contempler la propreté aseptisée dans un couloir de métro, où là bas à repenser mon pays que je viens de quitter. Il est déjà l'heure de préparer une nouvelle immersion intérieur, ce moment où je me jette dans le vide d'un endroit où personne ne m'attend, où je n'ai pas réservé d'hôtel, jusqu'à ce que le destin rattrape les égarés pour les ramener là ils ont déjà été.

07/01/09 Retour à Singapour

Suite: Archives de Décembre